SOLDES D'ÉTÉ | -15% | Code : SUMMER

Se termine dans
0 d
0 h
00 m
00 s
Acheter
Atteindre à partir de

WhatsApp
Appeler +48 797 217 197
contact@oakywood.shop

Réseau sociaux

Le piège de la productivité toxique

Trouver 5, 10 ou 175 méthodes éprouvées pour être plus productif est assez facile : internet regorge d'astuces et de bons conseils sur une "meilleure" utilisation de son temps. Qu'y a-t-il de mal à cela ? Rien, si vous faites preuve d'une retenue stoïque dans votre quête d'une plus grande productivité. Mais le culte de la productivité peut aussi facilement vous égarer dans la boulimie professionnelle, l'épuisement professionnel ou la dépression nerveuse.

Qu'est-ce que la productivité toxique ?

 imac with motivational text

Photo by Carl Heyerdahl on Unsplash

La productivité à doses saines n'est pas seulement positive, elle est en fait essentielle lorsque vous poursuivez vos objectifs, vos projets ou vos rêves, au travail comme dans la vie de tous les jours. Cependant, lorsque vous commencez à vous sentir coupable de votre inaction, même momentanément, il y a lieu de sonner l'alarme.

La productivité toxique est essentiellement un état d'esprit qui consiste à ressentir une compulsion intérieure constante, à en faire toujours plus, à cocher des cases, à faire tout ce qui produit des résultats tangibles et visibles. Prendre une pause semble alors mener tout droit à l'échec, quelques minutes de repos sont du temps perdu qu'il faut immédiatement rattraper en travaillant deux fois plus efficacement. Et même si l'on s'accorde un moment de répit, on ne cesse de penser au travail.

Cette attitude peut découler d'un manque de confiance en soi et du besoin de prouver constamment sa valeur et son utilité aux autres (et souvent à soi-même). Au bureau à domicile, où les frontières entre travail et vie privée sont parfois floues, il est particulièrement facile de tomber dans ce piège. Sans personne pour vous voir travailler, sans personne pour vérifier que vous êtes resté assis à votre bureau pendant huit heures, vous pouvez vous imposer dans le rôle du superviseur, vous forçant à travailler sans pause, à ignorer la fatigue, à terminer les tâches à un rythme impressionnant - tout cela pour que quelqu'un ne vous accuse pas accidentellement de paresse et d'inefficacité.

Parfois, la productivité toxique peut être une couverture pour des problèmes plus graves, un moyen de gérer un traumatisme ou une situation difficile de notre vie privée. La fuite dans le travail nous permet d'oublier d'autres choses, nous donnant l'impression illusoire que nous avons quelque chose de bien plus important et utile à faire que de penser à des "futilités" telles que notre propre bien-être, notre santé ou nos relations.

Du temps libre productif ?

 rose gold apple watch

Photo by Jess Bailey on Unsplash

La productivité toxique ne s'applique pas seulement au travail, elle s'étend souvent à la vie privée. Après tout, le temps libre peut aussi être utilisé de manière productive ! Les médias sociaux regorgeaient de contenus sur la manière de passer le temps de manière productive dans l'isolement : apprendre une nouvelle langue, commencer à faire du crochet, préparer de délicieux petits gâteaux ou devenir un bricoleur à domicile et fabriquer une bibliothèque soi-même. D'une part, ce comportement peut être un moyen de faire face à une situation mondiale défavorable, au stress et à l'insécurité. Mais il y a aussi une sorte de pression pour que même le repos soit productif et bien planifié, ce qui en fait l'une des cases à cocher. Le repos improductif, dolce far niente, n'est qu'une indolence honteuse et une perte de temps précieux. En attendant, il est bon de rappeler que cette détente décente et bienfaisante est un élément essentiel d'une productivité saine.

Comment reconnaître une productivité toxique ?

 motivational text graffiti

Photo by Johnson Wang on Unsplash

Comment savoir si vous êtes en train de franchir le pas entre une productivité saine et une productivité toxique ? Pour reconnaître cette attitude autodestructrice, il est essentiel d'être attentif et de se regarder avec une certaine distance, en observant son comportement quotidien. La productivité toxique peut se manifester par des symptômes tels que :

  • se sentir coupable lorsqu'on fait une pause ou qu'on passe son temps libre de manière "improductive", par exemple en regardant une série télévisée, en lisant quelque chose qui n'est pas directement lié au travail ou du moins au développement professionnel au sens large, en sortant avec des amis ou simplement en faisant une longue promenade,
  • l'absence de hiérarchisation des tâches - tout paraît d'égale importance, et tout doit être fait maintenant ou hier,
  • considérer les loisirs comme une tâche de plus à accomplir, ce qui crée une pression et empêche de se détendre pleinement et, par conséquent, conduit à la frustration d'un "devoir" mal accompli,
  • mesurer sa propre valeur à l'aune de ses réalisations et de sa productivité,
  • la détérioration des relations avec les proches,
  • l'insomnie ou la mauvaise qualité du sommeil,
  • l'anxiété,
  • l'irritabilité,
  • la fatigue et l'altération de la condition physique.

Le chemin vers le juste milieu

 productivity slogan on the wall

Photo by Andreas Klassen on Unsplash

La productivité toxique peut conduire à l'épuisement professionnel et à de graves atteintes à la santé, tant physique que mentale, qui se traduiront à leur tour par une baisse de la productivité - l'effet est donc totalement contre-productif. Par conséquent, si ce problème vous touche également, cela vaut la peine de vous arrêter un instant et de réfléchir aux changements que vous pourriez apporter pour trouver le juste milieu en matière de productivité.

  1. Commencez par établir des priorités. La matrice d'Eisenhower peut vous aider : faites d'abord ce qui est à la fois important et urgent, puis ce qui n'est pas urgent mais important, surtout à long terme, puis les choses urgentes mais moins importantes, et enfin les choses non urgentes et les moins importantes.
  2. Interrogez-vous sur vos motivations : ce que vous faites est-il vraiment important pour vous et votre avenir ou le faites-vous simplement pour prouver quelque chose à quelqu'un, pour répondre aux attentes de quelqu'un d'autre ?
  3. Réservez-vous un temps pour ne rien faire. Il n'est pas nécessaire de le planifier précisément, à la minute près - vous pouvez simplement vous fixer une heure ou une demi-heure dans la journée pour ne rien faire du tout. Pendant cette période, essayez d'éteindre votre téléphone, de vous éloigner de l'ordinateur, de vous changer les idées.
  4. Apprenez à dire non si vous ne pouvez vraiment pas accomplir une tâche ou si cela risque de nuire à votre temps libre ou à votre période de repos.
  5. Considérez la possibilité de chercher un soutien professionnel, tel qu'un psychothérapeute - en particulier s'il est possible que votre productivité malsaine soit due à une faible estime de soi, à un manque de confiance en soi ou à un traumatisme.

À l'approche de la Saint-Valentin - que vous la fêtiez ou que vous passiez à côté -, voilà une excellente occasion de réfléchir à ses relations : non seulement celles avec ses proches, mais aussi celles avec soi-même. Si cette relation la plus importante de votre vie avec vous-même est perturbée ou déformée par une productivité toxique, c'est peut-être le meilleur moment pour commencer à s'en occuper.