Atteindre à partir de

WhatsApp
Appeler +48 797 217 197
contact@oakywood.shop

Réseau sociaux
wooden desk and wooden laptop accessories

Ada Zielińska & Patryk Hardziej - Accepter le passé.

Nous avons récemment fait équipe avec le magazine Thisispaper et ensemble, nous avons rencontré deux des artistes visuels polonais les plus talentueux. Découvrez le résultat de cette réunion passionnante.

Le design polonais de l'après-guerre suscite de vives émotions depuis des années. Se plonger dans l'histoire peut être douloureux pour certains, mais inspirant pour d'autres.

Patryk Hardziej et Ada Zielińska, graphistes, illustrateurs et conservateurs, s'immergent quotidiennement dans ce domaine, y puisant leur inspiration et créant leurs propres œuvres sans concessions, tout en menant des recherches sur cette période fertile du design et de l'art graphique polonais. Leurs efforts nous permettent d'espérer que cette époque sera admirée sous un nouveau jour dans le contexte contemporain.

Traitant cette époque historique avec délicatesse, ils lui donnent une nouvelle tournure à leur manière unique et moderne. Nous avons eu le plaisir de leur rendre visite dans leur appartement, un espace dont les fonctions vont bien au-delà de la simple habitation. Nichée dans le cœur animé du centre ville de Gdansk, leur maison de ville au style néogothique est l'une des rares structures à avoir survécu aux bombardements de la Seconde Guerre mondiale. Le bâtiment lui-même peut susciter des réactions diverses, comme le souligne Patryk avec humour et en souriant, en disant que certains pourraient le qualifier de style "Gargamel à l'ancienne". Cependant, plus ils en apprenaient sur son histoire auprès de l'ancien propriétaire, plus ils en tombaient amoureux. À l'intérieur de ses murs, ils ont habilement créé une oasis créative prospère, un espace qu'ils appellent affectueusement leur MAISON-STUDIO-ARCHIVE.

ada zielinska and patryk hardziej

Zuzanna: Penchons-nous sur vos inspirations et votre appréciation de l'époque de la République populaire de Pologne (PRL) et de l'atmosphère captivante des années 1960 et 1970. Votre travail incorpore magnifiquement de nombreux éléments de cette époque. Qu'est-ce qui alimente cet amour ? S'agit-il d'une combinaison de fascination et de nostalgie, ou d'autres facteurs entrent-ils en jeu ? Pouvez-vous nous faire part de vos réflexions sur l'origine de cet amour et sur ce qui vous attire spécifiquement dans cette période analogique ?

Patryk: Plutôt que de reproduire directement des éléments de cette époque, nous sommes captivés par le caractère analogique, l'artisanat et les idées sous-jacentes de cette époque. Nos illustrations s'inscrivent dans un contexte totalement différent. Par exemple, même les illustrations utilisées pour les banques ou les stations-service dans les années 1950 et 1960 avaient un style libre et enfantin. Au départ, notre travail avait un caractère différent, plus abstrait, avec un accent sur la couleur et les formes géométriques. Au fur et à mesure que nous avancions, nous avons ressenti le désir de nous reconnecter à nos racines, à l'endroit où nous avons grandi et à ce que nous connaissons. Nous voulions explorer notre tradition polonaise sans aucun sentiment de honte ou d'hésitation quant à notre origine.

Ada: Personnellement, je crois que c'est une certaine nostalgie et un lien profond avec quelque chose de familier de notre jeunesse qui nous poussent à revisiter cette époque. Pour moi, c'est surtout lié à la musique de l'époque, comme l'a également mentionné Patryk. Bien que nous n'ayons pas grandi pendant le PRL, nous appartenons à une génération qui est consciente de cette période. Nous rencontrons aujourd'hui dans les rues des villes des panneaux durables, conçus à cette époque, qui ont résisté à l'épreuve du temps. En tant qu'enfants, nous avons été entourés par cette réalité. Je pense que l'atmosphère visuelle de cette époque résonne subtilement dans notre travail. Bien sûr, notre but n'est pas de la reproduire exactement, mais de lui insuffler une touche personnelle.

Zuzanna: Pouvez-vous vous rappeler le moment où votre passion pour les années d'or des années 1960 et 1970 s'est véritablement enflammée et où vous avez commencé à vous plonger intensément dans cette période ? 

Patryk: Le début de notre passion pour les années 1960 et 1970 et notre exploration intensive de cette période peuvent être attribués à plusieurs facteurs clés. Un moment important a été la découverte d'un livre de l'auteur suisse Adrian Frutigier intitulé "L'homme et ses signes", dans lequel j'ai vu le projet de Karol Śliwka comme un exemple remarquable de design graphique. Ce fut une révélation remarquable de voir un designer polonais reconnu et présenté dans une publication internationale.

Un autre élément important a été mon mémoire de fin d'études, dans lequel j'ai choisi de créer un Logobook polonais compact présentant 50 personnages et 50 créateurs sur une période de 50 ans. Le manque de ressources et de publications disponibles sur ce sujet m'a incité à contacter Karol Śliwka, Roman Duszek et d'autres designers qui ont joué un rôle important à cette époque. Les conversations que j'ai eues avec eux m'ont ouvert les yeux sur un tout nouveau monde du design dont je n'avais pas conscience auparavant. Grâce à ces expériences, j'ai acquis plus de connaissances que des années d'éducation formelle n'auraient pu m'en apporter. Il m'est apparu clairement que la recherche de la richesse des années 1960 et 1970 était un voyage qui valait la peine d'être entrepris. Mon mémoire de fin d'études est devenu le catalyseur d'une nouvelle immersion dans cette époque captivante.

oakyblocks pen tray and wooden catchall tray

Zuzanna: Pour comprendre le phénomène de la scène graphique en Pologne durant cette période particulière, il serait utile d'expliquer pourquoi des créations aussi remarquables ont vu le jour en dépit de ces temps difficiles. 

Patryk: Dans le contexte de l'économie centralisée polonaise, il est important de mettre en lumière quelques aspects clés. Malgré les défis posés par la propagande et la centralisation des décisions, les créateurs polonais ont su tirer le meilleur parti de ressources limitées. Pour devenir designer, il fallait être diplômé de la prestigieuse Académie des beaux-arts et adhérer à la prestigieuse Association des artistes polonais. Cette appartenance exclusive garantissait que seuls les créateurs les plus talentueux avaient accès aux commandes. Bien que le nombre de designers soit relativement modeste, leur travail est d'une qualité exceptionnelle. Contrairement aux pays occidentaux, où le design est régi par le marché, la Pologne a favorisé un environnement de liberté créative. Les designers ont pu donner la priorité à la valeur artistique, brouillant ainsi les frontières entre l'art et les arts appliqués. Cette situation unique découle de la formation rigoureuse reçue par les designers et de l'absence de clients privés, ce qui leur permet d'exprimer leur créativité sans contraintes.

Ada: Comme vous pouvez l'imaginer, le fait de vivre au quotidien avec quelqu'un qui s'intéresse profondément à ce sujet m'a naturellement influencé et a suscité ma propre fascination pour les années d'or que furent les années 1960 et 1970. Dans une certaine mesure, j'ai fait la connaissance de ces créateurs visionnaires et j'ai engagé des conversations avec eux, explorant souvent divers sujets au-delà de leur travail. Le contact avec ces créateurs s'est mêlé à notre vie quotidienne, nourrissant ma propre fascination et ma passion pour cette époque captivante.

Zuzanna: Avec votre départ de Gdynia pour Gdansk, vous gériez auparavant un studio intégré à un atelier, et maintenant c'est une combinaison de votre maison + studio + archives. Je suis curieuse de savoir ce qui a motivé ce changement. Surtout si l'on considère que la pandémie a poussé beaucoup d'entre nous, dans le domaine de la création, à réévaluer les influences et les processus de notre travail. Pourriez-vous nous expliquer comment cela a joué un rôle dans votre choix ?

Ada: Tout a commencé lorsque notre entreprise a commencé à se développer de manière naturelle. Pendant une période d'environ deux ans, nous avons eu l'occasion de louer un magnifique studio et un atelier à Gdynia. C'était l'équilibre parfait pour nous à l'époque. Le studio offrait suffisamment d'espace pour nos activités créatives, et nous avons même eu le plaisir d'inviter d'autres personnes talentueuses à collaborer avec nous sur divers projets. Mais lorsque la pandémie est arrivée, nous nous sommes sentis quelque peu isolés. Cela nous a fait réfléchir à ce que nous voulions faire à l'avenir. C'était le bon moment pour réfléchir à nos projets futurs.

Patryk: Nous avons décidé de donner la priorité à la sécurité - nous voulions tout avoir sous le même toit, notre studio, notre espace de vie et nos archives - le tout à portée de main. Bien sûr, cela ne signifiait pas que nous devions nous isoler complètement - les rencontres et le mouvement sont importants. Mais la décision de fusionner deux espaces loués en un seul, où nous pourrions fonctionner selon nos propres termes, s'est avérée bénéfique pour nous. J'ai commencé à chercher un endroit qui répondrait à nos besoins - après tout, notre ancien studio faisait 100 mètres carrés et était rempli d'objets, de projets et d'archives. Nous avons choisi Gdansk, principalement en raison de la difficulté à trouver un espace approprié à Gdynia et de la proximité de l'Académie des beaux-arts où je travaille.

Ada: Nous avons décidé que nous avions besoin de plus de calme. Auparavant, nous vivions dans un vieil immeuble, constamment exposé au bruit. Il était important pour nous de ne pas avoir de voisins au-dessus de nous. Lors de la conception de l'appartement, notre priorité était de créer un espace de travail, puis un espace de vie. Notre appartement est divisé en deux parties. L'une est le studio où nous nous trouvons actuellement. L'autre partie comprend la cuisine et la chambre à coucher, séparées du studio. Cela nous permet de maintenir un bon équilibre.

interior design wooden ceiling

Zuzanna: Avec un espace aussi grand et bien divisé, trouvez-vous que l'agencement contribue à votre productivité ? Adoptez-vous des rituels quotidiens qui vous aident à passer plus confortablement en mode travail ?

Ada: L'avantage, c'est que l'espace est grand et que nous pouvons nous asseoir sur le canapé et respirer un peu. Ce n'est pas comme si nous passions directement du lit au travail. En ce qui concerne les rituels, nous avons une sorte de routine quotidienne avec une phase de transition. Nous descendons, nous nous préparons un café, nous nous asseyons sur le canapé pendant un moment, nous le buvons calmement, puis nous passons à la zone de travail. Cette zone est spatialement séparée du reste ; nous pouvons la fermer par des porte vitrées. Donc, oui, cela fonctionne pour nous.

Patryk: Je pense que cela a aussi beaucoup à voir avec l'agencement de l'appartement. Dans les appartements classiques, nous avons un ensemble de pièces ayant des fonctions différentes : cuisine, salle de bains, chambre, couloir. Pour nous, c'est différent. La partie principale est ouverte et constitue en quelque sorte le cœur de l'appartement. C'est un espace d'une hauteur de 6,5 mètres et d'une superficie d'environ 70 mètres carrés. De là, elle se ramifie vers les autres pièces : le studio, la chambre à coucher, la salle de bains, la chambre d'amis et la cuisine. Grâce à cela, lorsque nous entrons dans l'espace principal, nous pouvons décider si nous voulons nous détendre ou travailler. C'est là notre point de départ.

Zuzanna: Comment choisissez-vous les objets de votre espace de vie et de travail ? À quoi accordez-vous le plus d'importance ? Bien sûr, il faut veiller à ne pas envahir l'espace avec trop d'objets.

Ada: Nous essayons de ne pas surcharger notre espace et notre environnement de travail. C'est pourquoi il faut trouver un équilibre délicat entre ce qui est important pour nous - comme les livres, que nous possédons en grand nombre et que nous utilisons régulièrement - et les choses qui sont comme des artefacts. Nous devons les disposer dans l'espace de manière réfléchie afin qu'ils ne soient pas de simples décorations. Nous voulons qu'ils aient leur place, qu'ils puissent "exister", mais en même temps, nous ne voulons pas qu'ils dominent l'espace. En ce qui concerne les artefacts, on n'achète plus un objet parce qu'il nous plaît et qu'il est beau. Nous essayons de choisir les objets de manière à ce qu'ils aient leur place et qu'ils servent réellement à quelque chose. Si nous voulons introduire un objet dans notre maison, il a généralement sa propre histoire - par exemple, nous l'avons ramené d'un voyage ou d'une excursion.

Patryk: Nous ne voulons pas non plus acheter des objets au hasard sur Internet. 

Pour nous, il est important que nos choix soient conscients, que les objets aient une histoire et un contexte.

Zuzanna: Vous avez récemment investi une part considérable de votre temps personnel dans la rénovation. Comment parvenez-vous à trouver le temps de vous reposer et de vous régénérer au milieu de périodes de travail intenses ? J'imagine que cette période a dû être très prenante pour vous.

Ada: Pendant un certain temps, nous avons vécu et travaillé en parallèle des travaux de rénovation en cours. C'était une source de stress pour nous, mais aussi une expérience importante. La pandémie a certainement ajouté une pression supplémentaire. Auparavant, nous avions l'habitude de partir en vacances chaque année, surtout en hiver... C'était un moment de remise à zéro et de détente.

C'était un moment de régénération où nous reprenions des forces après une année difficile et où nous commencions la nouvelle année avec des batteries bien chargées. Cependant, ces derniers temps, ces voyages sont devenus rares - divers facteurs, tels que le temps ou le fait que nous nous concentrions sur la rénovation, nous ont limités. Par conséquent, les moments de repos ont été sporadiques et plus courts. Bien que nous soyons proches de la mer, nous n'avons pas toujours eu l'occasion d'en profiter, même si nous aimons y aller, surtout hors saison. Pour nous, une simple promenade peut être une forme agréable de relaxation.

Et cette année, pour la première fois, nous prévoyons de prendre un mois de vacances. C'est pour nous une première expérience qui va bientôt commencer. Nous sommes curieux de voir comment nous allons nous débrouiller - des vacances aussi longues ne conviennent pas à tout le monde. C'est un défi pour nous, surtout si l'on considère que nous sommes habitués à une action et à un travail constants. Nous n'avons jamais eu de vacances aussi longues, mais de courtes escapades en ville nous ont toujours aidés et se sont révélées bénéfiques pour notre travail.

Zuzanna: Récemment, vous avez tous deux géré un projet intense dans le cadre des Gdynia Design Days. Travaillez-vous souvent en duo ? Comment trouvez-vous l'équilibre entre votre relation personnelle et une collaboration professionnelle quotidienne ?

Patryk: Pendant la majeure partie de l'année, nous travaillons généralement séparément sur nos projets. Nous avons dû apprendre à collaborer, car le cadre professionnel est différent de celui de la vie privée. Dans le cadre du travail, nous déléguons souvent des tâches, nous répartissons les responsabilités. Dans notre vie personnelle, nous essayons de penser à ce que nous pouvons faire pour l'autre. Mais au travail, je ne peux pas me permettre de faire cela car je perdrais rapidement le fil de mes responsabilités. C'est pourquoi nous avons établi que chacun d'entre nous a ses propres tâches, ses propres clients, ses propres budgets... Chacun d'entre nous a sa propre zone. Mais quelques fois par an, lorsqu'un projet plus important se présente, nous unissons nos forces. Cependant, il ne s'agit pas d'une division égale - il n'est pas facile de répartir le travail de manière égale. Souvent, l'un d'entre nous prend plus de responsabilités. Cette année, pour la GDD, c'est Ada qui l'a emporté, car son concept a été retenu par la suite.

Ada: Les proportions sont toujours différentes. Parfois, nous travaillons ensemble sur un projet pour le Musée national, d'autres fois c'est un film ou un festival... Nous partageons les responsabilités. Parfois, je suis chargée de la communication, ce qui me donne plus de travail, et d'autres fois, Patryk s'en charge lui-même, ce qui signifie qu'il a plus de travail. En général, nous nous en sortons très bien.

ada zielinska and patryk hardziej

Zuzanna: Chacun d'entre vous apporte ses propres expériences et perspectives créatives. La compréhension que vous avez entre vous est remarquable…

Ada: Tout est question de confiance…

Patryk: La confiance est essentielle. Nous connaissons nos méthodes de travail, nous savons ce que nous attendons les uns des autres. Nous sommes conscients de nos rôles, ce qui nous permet de nous faire confiance. Notre communication directe avec les clients est cruciale pour l'efficacité des relations et des collaborations.

Ada: Je trouve que l'engagement personnel est essentiel. L'établissement de liens avec les individus est vital dans mon travail. En apprenant à connaître les gens, établir une relation de partenariat solide est essentiel à un processus créatif satisfaisant. Je préfère ne pas me contenter d'exécuter des tâches assignées, c'est pourquoi nous acceptons de manière sélective les projets qui nous intéressent vraiment. Il est essentiel que nous ayons un sentiment d'accomplissement, car c'est tout simplement une grande source de motivation pour moi.

Zuzanna: Et puisque nous parlons de partenariat et de vos collaborations musicales, il semble que de tels projets artistiques soient uniques, car deux esprits très créatifs doivent travailler ensemble. Comment votre parcours dans les projets musicaux a-t-il commencé ?

Ada: Nous avons toujours été étroitement liés à des personnes actives dans le domaine de la musique. La musique a toujours été présente dans ma vie et celle de Patryk, et elle a influencé ma créativité. Mes premières commandes étaient des collaborations pour des concerts privés à Varsovie. J'ai commencé à le faire pendant mes études. J'ai commencé par des illustrations à la main, puis des collages et des variations typographiques. Cela m'a permis de développer ce que j'appelle aujourd'hui mon style. Et je crois que cela m'a aidé à affiner le caractère musical de mes œuvres. La même esthétique, parfois très abstraite, a fonctionné parce qu'elle me ressemblait. Il est important de comprendre que la musique est à la fois intangible et concrète. Il n'est pas toujours nécessaire de la représenter sous une forme littérale qui illustre quelque chose ; il peut s'agir d'une abstraction, d'une forme totalement fluide et naturelle. 

Parfois, cela nous oblige à réfléchir à la manière dont notre travail doit se présenter et refléter le caractère de l'autre personne. Il peut s'agir d'un processus de confrontation d'idées. 

Le but ultime est la satisfaction des deux parties. Je ne peux pas imaginer faire quelque chose que nous n'aimons pas ou voir que le résultat final n'est pas satisfaisant. C'est pourquoi j'aime apprendre à connaître les gens, car je sens immédiatement avec qui j'ai envie de collaborer.

Cette collaboration en tant que partenaire est importante pour nous - nous voulons créer quelque chose qui nous intéresse, mais avant tout, il y a toujours un destinataire de l'autre côté. Nous concevons pour eux.

Zuzanna: Et Patryk, que pensez-vous de la conception pour la musique ?

Patryk: Créer pour des musiciens a un attrait captivant. Le croisement de ma visualisation et de leur musique est une expérience unique. Nous combinons l'illustration et la conception graphique, en tenant compte d'aspects pratiques tels que les titres des chansons, les droits d'auteur, etc., tout en veillant à ce que l'ensemble soit esthétiquement agréable et à ce que l'image soit cohérente. Mes projets préférés sont ceux qui concernent les groupes de jazz. Dans le jazz, il y a toujours de la place pour l'expérimentation, ce qui me permet souvent d'expérimenter à mon tour. Pour ces pochettes d'album, je fais souvent quelque chose de non conventionnel, comme transformer un code-barres en un élément de composition actif qui pourrait se retrouver sur la première de couverture.

Aujourd'hui, avec la popularité de plateformes comme Spotify, la pochette d'album perd un peu de son sens. D'une part, elle n'est pas très visible, mais d'autre part, elle devient l'interface de la musique. Souvent, je choisis la musique sur Spotify en fonction de la pochette de l'album. Bien sûr, nous concevons également des disques en vinyle. Un projet physique représente quelque chose de plus - vous pouvez le toucher, choisir le papier, l'encre, et raconter une histoire plus large. Lorsque quelqu'un achète une édition physique, il découvre un nouveau monde qui ne peut pas être vécu en ligne. C'est pourquoi j'aime créer des projets tangibles.

Les archives n'ont jamais été axées sur les objets eux-mêmes, mais sur les personnes qui les ont créées.

Zuzanna: Pourrions-nous revenir sur vos archives ? Nous en avons parlé tout au long de notre conversation, mais nous n'avons pas approfondi ses origines. Où dénichez-vous ces trésors cachés, comme les logos peints à la main ? Je suis même tombé sur un indice suggérant qu'ils provenaient d'une cave…

Patryk: Tout a commencé par la rencontre de Karol Śliwka, Roman Duszek, Jerzy Trojder, Ryszard Bojar et Ada a découvert Krystyna Töpfer. Lorsque nous parlons à ces personnes, nous cessons de nous concentrer uniquement sur les objets et nous commençons à nous intéresser à leur processus créatif et au contexte dans lequel ils ont été créés. En montrant un intérêt sincère, nous avons été de plus en plus attirés par leur univers. Nous avons souvent rendu visite à Karol Śliwka, qui vivait à Skoczów, près de la frontière tchèque. Ces visites étaient fascinantes et remplies d'histoires intéressantes. C'est une partie de la culture visuelle polonaise que nous avons à portée de main, mais qui n'est pas décrite dans les encyclopédies. Nous pouvons demander directement aux créateurs eux-mêmes. Par exemple, comment le logo de la banque Pekao a-t-il été créé ? Comment ont-ils laissé leur empreinte sur l'Institut de la mère et de l'enfant ?

Il s'est avéré que nos propres souvenirs visuels, que nos parents avaient, étaient souvent conçus par une poignée de créateurs exceptionnels qui concevaient tout à l'époque.

Zuzanna: Ces marques sont omniprésentes dans notre réalité.

Patryk: Par exemple, Karol Śliwka a dessiné le logo de la banque Pekao et celui de la direction générale des routes nationales et des autoroutes, ainsi que l'emballage de Wedel. J'ai étudié dans des livres qui portaient le logo de la maison d'édition polonaise avec la marque de Śliwka, et le chocolat "Jedyna" de Wedel est toujours produit. Quant à "LOT", le logo de la compagnie aérienne polonaise, c'est un véritable bijou ! Ce logo a été créé par Roman Duszek (en collaboration avec Andrzej Zbrożek), qui a également dessiné le logo de la Fiat 126p et le célèbre logo de “La Vache qui Rit” (en collaboration avec René Mettler).

Nous avions souvent ces conversations autour d'un gâteau, posant à Śliwka des questions directes sur la façon dont certains signes étaient créés. Il partageait avec nous certaines des perspectives les plus précieuses et les plus privées, ainsi que des récits d'arrière-plan.

Zuzanna: Ainsi, vous avez eu une rencontre vivante avec l'histoire.

Patryk: Exactement. Nous avons appris à connaître ces créateurs, organisé des expositions pour eux, publié des livres, récupéré leurs archives et même créé la Fondation Karol Śliwka. Aujourd'hui, nous avons l'intention de tout mettre en ligne. Nous rêvons également de créer le musée polonais du design ou le musée du logo polonais à l'avenir. Nous voyons un énorme potentiel et une grande créativité dans ce domaine, c'est donc une direction naturelle pour notre développement.

Ada: Ce serait merveilleux si notre génération pouvait voir ces réalisations. Nous voulons montrer que les gens ne vont pas seulement à Berlin pour voir le Bauhaus, mais aussi en Pologne pour se plonger dans l'histoire du design polonais basé sur les logos et d'autres éléments. Bien sûr, les musées ont leurs collections, mais lorsqu'il s'agit de dessins graphiques, nous avons beaucoup à offrir et à dire.

wooden laptop stand and felt desk mat

Zuzanna: Je suis intriguée par le processus de création de la Fondation Karol Śliwka. Pourriez-vous nous expliquer comment vous avez procédé pour acquérir ces pièces uniques et comment cette collection a inspiré la création d'une fondation qui fait progresser l'héritage des marques polonaises ?

Patryk: Les objets que nous possédons sont le fruit de nos relations. Nous voulions en quelque sorte rendre à ces créateurs tout ce qu'ils avaient partagé avec nous en organisant des expositions, des conférences, des publications et d'autres activités destinées à promouvoir leur travail. Par exemple, après le décès de Karol Śliwka en septembre 2018, juste après son exposition, nous avons décidé de créer une fondation qui a repris ses archives. Cela a été la première impulsion pour cette entreprise, qui est venue de Jerzy Trojder, le créateur du célèbre "jaskółka" - le symbole de la mode polonaise. C'est à ce moment-là que j'ai réalisé que ces créateurs étaient déjà assez âgés. Avec la fille de Karol Śliwka, Małgorzata Śliwka-Cichoń, nous avons créé une fondation pour préserver leur héritage. Lorsqu'il s'est avéré que nous créions un certain écosystème, d'autres créateurs nous ont rejoints, décidant de faire don de leurs œuvres à la fondation. 
De cette façon, nous fonctionnons de manière structurée, nous gagnons la confiance des créateurs et des institutions tout en donnant une seconde vie à des choses qui ont été stockées dans des sous-sols pendant les 30 dernières années.

Ada: Bien que ce processus soit compliqué et fastidieux, nous aimerions qu'il progresse plus rapidement. Cependant, nous savons que de telles entreprises demandent du temps. Ces archives sont un processus continu. Notre travail est le fruit de notre passion, sans aucune motivation commerciale. Nous sommes déterminés à faire en sorte que ce travail ne disparaisse pas. 

Nous voulons montrer aux autres cette histoire, et surtout, nous voulons qu'ils soient témoins de ce que nous avons expérimenté à travers nos propres yeux.


Nota bene : Cet article fait partie de notre collaboration avec le magazine This is Paper et a été publié à l'origine sur le site Thisispaper.com.